Accueil du site > Actualités locales > SNC 2012 : La fête démarre avec un défilé de 22 sociétés de masques

SNC 2012 : La fête démarre avec un défilé de 22 sociétés de masques SNC 2012 : La fête démarre avec un défilé de 22 sociétés de masques

Le Carnaval des masques initié en prélude à l’inauguration officielle de la Maison de la Culture samedi 24 mars 2012 a donné le top départ des actes de réjouissance de la biennale de la culture, SNC Bobo 2012. Vingt (22) sociétés de masques sélectionnées dans la région des Hauts Bassins a permis de voir toute la richesse du Burkina en la matière.

Elles étaient vingt (22) sociétés de masques sélectionnées dans la région des Hauts Bassins à retenir l’attention des festivaliers samedi 24 mars 2012 de la Place de la Femme à la devanture de la Maison de la Culture.

« Une Semaine nationale de la culture sans carnaval serait faire sans car c’est toujours un des éléments clés de la réjouissance populaire » a laissé entendre le responsable du carnaval, Souleymane Diakité.

Pour donner tout son sens de manifestation populaire, la colonne des masques constituée pour la parade a emprunté l’axe droit du Boulevard, en partant de la Place de la femme pour déboucher à la tribune des officiels présents à l’inauguration de la toute première Maison de la Culture au Burkina Faso.

Les différentes sociétés de masques venues des villages avoisinant celle de Bobo-Dioulasso et de quartiers périphériques comme Kuinima, Sakabi, Soroukoudougou, Dingasso, Kouentou, Banankelendaga, N’Dorola et Banaoroudougou ont donné à découvrir tout un pan du patrimoine culturel burkinabè en matière de rites et traditions .

« Les masques dans notre société symbolisent beaucoup de choses comme les cérémonies de réjouissance, la paix sociale, des évènements significatifs comme les funérailles, les récoltes » a mentionné M. Diakité.

D’une société de masques à l’autre, les différences se remarquent dans les couleurs des fibres (il s’agit principalement de masques en fibres), leur longueur, les formes de représentation (têtes d’animaux ayant une signification particulière pour une communauté), les pas de danse et les différents instruments de musique qui donnent le tempo de la danse.

Pour le responsable de la parade, Souleymane Diakité, la sélection donnée à voir est le signe de la fierté de la région des Hauts Bassins.




écrit par Abdoul
Visualiser au format PDF Enregistrer au format PDF

Répondre à cet article