Accueil du site > City guide > Informations générales

Informations générales Informations générales

Ancienne capitale du Gouïriko, fondée par la dynastie des Ouattara de Kong, la cité de Bobo-Dioulasso a toujours été une plateforme commerciale, connaissant un développement économique rapide qui lui permit, un temps, de devenir la capitale de la colonie de Haute-Volta.

La ville est née et s’est forgée autour d’un petit village appelé Kibidoué (kibi signifie arbre en Bobo), fondé par des agriculteurs Bobo venus du Mandé vers 1050. Par la suite, le village prendra le nom de Sya avec l’arrivée progressive des commerçants Dioula, venus du royaume de Kong. Selon une version de la légende, Sya était une jeune vendeuse de dolo (bière de mil) connue pour sa générosité.

En 1714, le royaume de Gouïriko est fondé par Famara Ouattara, un prince Dioula venu du royaume de Kong (au Nord de l’actuelle Côte d’Ivoire). Pendant plus d’un siècle, les Ouattara, qui ont installé leur capitale à Bobo-Dioulasso, vont asseoir leur domination sur toute la région. Au siècle suivant, les Dioulas vont devoir combattre le Kénédougou, un autre royaume dioula rival, fondé à Sikasso (l’actuel Mali) par les Traoré. Ces guerres vont affaiblir le Gouïriko, qui entre en décadence à partir de la deuxième moitié du 19e siècle. Devant la puissance des troupes coloniales françaises, celui-ci signera un traité de protectorat en 1897. La même année, la ville est érigée en poste administratif et militaire. En 1904, le commandant Caudrelier lui donne le nom de Bobo-Dioulasso, ce qui signifie « la maison des Bobo et des Dioula ». Aujourd’hui, la ville a pris de l’ampleur, mais garde son charme d’antan. Elle est connue notamment grâce à l’architecture de sa gare de chemin de fer, que l’on peut voir un peu partout dans le monde, sur des cartes postales. C’est un précieux bijou de style néo-mauresque construit dans les années 1930. Terminus de la ligne de chemin de fer Abidjan-Niger en 1934, cette gare est, de nos jours, entretenue et conservée. Les vieux quartiers de Kibidoué et de Sya aux maisons construites en terre, sont également des curiosités de la ville, tout comme la mosquée de Dioulassoba, la célèbre mosquée de banco aux minarets hérissés de piquets. Les artisans ont aussi leur place à Bobo : les luthiers à Bolomakoté, quartier situé au Sud de la ville, réputé pour le nombre de ses cabarets, où sont fabriqués des balafons très prisés par les orchestres traditionnels ; les teinturiers, quant à eux, ont jeté leur dévolu sur le quartier Koko, tout comme les fondeurs de bronze. Le visiteur pourra aussi visiter les ateliers de tissage traditionnel dans le quartier de Diaradougo, ainsi que le fameux musée de la province du Houet, qui recèle une multitude d’objets provenant des différents peuples du Burkina.



écrit par Abdoul
Visualiser au format PDF Enregistrer au format PDF

Répondre à cet article